Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La conscience fabrique d’illusion

Publié le par Sophie Richard-Lanneyrie

On a coutume d'opposer le sujet, à l'objet. Ainsi, il y aurait, d'un côté la personne vivante et consciente d'elle-même et, de l'autre, la chose inerte et sans âme.

Prenons l'exemple d'une pierre. Concevons cette chose simple qu'est une pierre. Elle, reçoit une quantité précise de mouvement d'une cause extérieure qui lui donne l'impulsion. Par la suite, l'impulsion de la cause extérieure ayant cessé, la pierre poursuivra nécessairement son mouvement.

Ensuite, concevons maintenant, que la pierre pense tandis qu'elle poursuit son mouvement. Elle sait qu'elle s'efforce autant qu'il est en elle de poursuivre ce mouvement. Et bien dans la mesure où elle n'est consciente que de son effort et qu'elle est tout sauf indifférente, cette pierre croit être parfaitement libre et persévéra dans son mouvement sans nul autre cause que parce qu'elle le veut, croit-elle.

Cette histoire a été raconté par Spinoza dans une Lettre en 1674.

En vertu du principe d’inertie, nous savons qu’une pierre en mouvement tant à persévérer dans son mouvement. Elle, poursuit son mouvement à la même vitesse et selon une trajectoire rectiligne tant que rien ne l'arrête ou ne la dévie, comme un frottement par exemple. Si cette pierre prenait soudainement conscience de son mouvement, elle s’imaginerait qu'elle roule, ainsi, librement.

Or, la réalité est tout autre. La pierre ne tient pas cette impulsion d'elle-même, mais d'une « cause externe ».  Cette illusion viendrait du fait qu’elle ignore la véritable cause de son mouvement.

Il en est de même des hommes dont les désirs différant viennent de l'influence d'éléments extérieurs sur eux. Les hommes se vantent d'être libre, mais cette fameuse liberté consiste uniquement dans le fait que les hommes sont conscients de leurs appétits et ignorants des causes par lesquelles ils sont déterminés.

« C'est ainsi, écrit Spinoza, que le bébé croit librement appéter le lait ; que l'enfant en colère croit vouloir la vengeance et que le peureux croit vouloir fuir ».  

Mais les hommes ne forgent cette croyance que parce qu'ils sont à la fois conscients de leurs désirs et ignorant des véritables causes de leur désir.

Spinoza soutient donc que la conscience fabrique des illusions parce qu'elle est seulement partielle : c'est sous l'effet de l'ignorance que les hommes s'enferment dans des préjugés sur eux-mêmes.

Partager cet article
Repost0

Sommes-nous aujourd'hui le même qu’hier ?

Publié le par Sophie Richard-Lanneyrie

Nos états psychologiques et physiques sont changeants et multiples.

Le temps passe. Et les ravages du temps, sur notre être, laissent des traces indélébiles.

Quand vous regardez des photos de votre enfance dans l’album de famille et que vous vous regardez dans la glace en même temps, vous vous apercevez que vous avez beaucoup changé.

Pourtant, vous savez intuitivement que c'est bien vous ce bébé qui dort, cet adolescent qui rit.

Malgré le temps écoulé qui a transformé votre corps et votre esprit, vous êtes toujours essentiellement la même personne.

« Nos états de conscience changent, mais la conscience demeure identique dans la colère ou la joie, nous sommes toujours, fondamentalement, la même personne » affirme Kant.

Si nous avons la conviction d'être toujours la même personne, malgré la diversité de nos états de conscience, c'est parce que la conscience semble réaliser une unité.

Mais si avoir conscience, c'est toujours avoir conscience de soi, cette conscience de soi n'est pas, contrairement à ce que pense Descartes, connaissance de soi.

« J'ai conscience que je suis et non pas de ce que je suis » écrit Kant.

Donc lorsque je pense, que je lis (du verbe lier) ou que je lis (du verbe lire), je fais acte, à la fois, de synthèse et de liberté.

Penser, c’est relier. La pensée unifie nos représentations. La conscience rassemble mais ne se connaît pas. 

La conscience ne peut pas maîtriser l'écoulement temporel qui lui rappelle sa condition mortelle.

L'homme alors se détourne du passé, du présent : « ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre » écrit Pascal.

Seul le divertissement (du latin divertere, se détourner de) c’est-à-dire l'agitation, les contacts sociaux, l'activité professionnelle, les responsabilités, lui permettent de supporter la vie.

Car l'homme ne supporte pas de rester seul avec lui-même.

Le temps et l'existence. Les 2 éléments clés, le temps et la mort sont pourtant ce qui définit le mieux l'existence humaine.

Le sens de la temporalité est en effet partie intégrante de l'humanité de l'homme. Il habite nos projets ou nos souvenirs, nos promesses, ou nos remords, mais aussi la totalité de nos actes.

Mais nous savons aussi que ce temps est limité, destiné à finir. Notre existence se définit de manière essentielle par rapport à l'horizon de la mort, qui demeure à la fois inéluctable et inconnaissable.

On peut dire que cette alliance de savoir (nous sommes conscients d'être mortel) et d'ignorance (nous ne savons pas ce qui signifie exactement « être mort ») caractérise l'existence humaine.

Partager cet article
Repost0

Qu’est-ce que la biodiversité ?

Publié le par Sophie Richard-Lanneyrie

C’est un ensemble de phénomènes chimiques physiques…etc qui, ensemble, forment un tout nécessaire à la vie.

Les étoiles en mourant libèrent les atomes nécessaires à la construction du vivant.

De minuscules bactéries de couleurs bleues, il y a 2,3 milliards d’année, libère de l’oxygène dans l’océan et oxyde le fer. C’est ainsi que nous avons pu créer le fer et l’acier.

De même, des algues microscopiques à coquilles calcaires, forment des couches de sédiments qui fournissent le ciment et le béton.

Dans le même esprit, il y a quelques centaines de millions d’années, du plancton se dépose au fond de la mer qui, en se décomposant, se transforme en un liquide visqueux noir ou marron, fluide et léger : le pétrole prisonnier dans des cavités rocheuses.

C’est à partir de l’écorce du saule blanc que l’on obtient la salicyline d’où découle l’aspirine.

Ce sont les vers de terre qui servent de fertilisants naturels dans le sol et qui nous permette d’avoir une alimentation variée.

En bref, la biodiversité, c’est la vie !

Bien d’autres exemples sont contés dans la merveilleuse BD d’Hubert Reeves « La biodiversité ».

Partager cet article
Repost0

La bonté, un acte gratuit et généreux, toujours récompensée.

Publié le par Sophie Richard-Lanneyrie

La bonté, un acte gratuit et généreux, toujours récompensée.

La preuve ?

Une de mes amies, médecin, est une âme charitable. Elle aide les pauvres et les malheureux de façon spontanée.

Il y a quelque temps une jeune fille, à un malaise devant son cabinet au pont d’être obliger de s’allonger par terre, sur le trottoir. Mon amie la voit te demande à des patients qui attendaient de la porter sur le canapé de son bureau pour lui permettre de l’examiner. Cela fait, elle se rend compte que ce n’est pas grave et laisse la jeune fille se reposer le temps de se remettre tranquillement.

Cet exemple décrit, un parmi d’autres nombreux exemples des gestes généreux de mon amie. Elle donne de l’amour à l’univers qui le lui rend en retour.

Quelques jours plus tard, la jeune fille est revenue avec un ballotin de chocolat en signe de remerciement.

D’autres remercient à leur façon l’aide que mon amie leur porte. Les uns, avec un bouquet de tulipes offert de façon spontanée, d’autres en apportant un repas à midi à mon amie, elle qui souvent pas le temps de déjeuner.

Tous ces gestes généreux et réciproques me rappellent l’offrande d’Abraham aux voyageurs étrangers venus lui apprendre que sa femme, Sarah, allait enfanter d’un garçon, Isaac.

Abraham alors ne se contente pas d’offrir à ses visiteurs l’eau et le pain, comme le veut la tradition, il fait préparer pour eux un grand diner dans la préparation duquel il met tout son cœur.

L’hospitalité d’Abraham et de Sarah, à un sens profond : être généreux et donner à celui qui n’a rien enrichit la personne qui le fait.

Mieux encore, donner quelque chose auquel on tient vraiment, se séparer d’un objet intime par exemple, c’est cela donner vraiment.

Tout comme Abraham était prêt à sacrifier son fils chéri, Isaac, en donnant un bien qui est pour lui le plus précieux, la chair de sa chair.

Sans aller jusqu’à cette extrémité, donner un bien qui nous est cher, c’est donner à l’autre la preuve de son importance à ses yeux et lui montrer combien on tient à lui.

Partager cet article
Repost0

Avoir foi en son avenir en toutes circonstances

Publié le par Sophie Richard-Lanneyrie

Abraham a eu deux fils : Ismaël, le fils qu’il a eu avec sa servante Agar et Isaac, le fils qu’il a eu avec sa femme légitime Sarah — la souveraine — alors que, vieillissante, ils ne s’attendaient plus une grossesse.  

Isaac — celui qui rit — grandit en souriant et en riant. Il fait le bonheur de ses parents. Mais Ismaël prend ombrage de cet amour et devient colérique et méchant envers son frère Isaac qu’il jalouse.

Abraham — dont le nom signifie père d’une famille nombreuse — est alors obligé de prendre une décision difficile : faire partir Ismaël et sa mère Agar de chez lui afin de retrouver la paix dans son foyer.

Ce faisant, il les abandonne à errer dans le désert avec juste un peu d’eau et de nourriture. Pourtant, alors qu’Agar et son fils se croyaient perdus, ils découvrent un puits d’eau fraiche et ils sont sauvés.

Il faut toujours garder espoir, quoiqu’il arrive, et foi en son avenir. La vie est faite d’épreuves à surmonter. Ces épreuves ne sont jamais insurmontables : elles sont destinées à nous apprendre des leçons de vie et à nous faire grandir. Il faut apprendre et comprendre de nos épreuves afin de continuer d’avancer pour réaliser notre mission de vie.

Ismaël a eu tort de jalouser son frère Isaac. Ce faisant, il a perdu la douceur d’une vie de famille heureuse et sans soucis de nourriture. Parfois, dans la vie, il nous arrive de jalouser telle ou telle personne que l’on croit plus belle, plus riche, plus intelligente. En faisant cela, on se punit et l’on s’empêche d’aimer. Donc on se fait du mal à soi-même comme Ismaël qui a tout perdu alors que les autres ne sont pas touchés et continue leur vie.

Apprendre à partager l’amour comme le reste permet de gagner le bonheur. Savoir ce que l’on est. Préférer l’émulation à la jalousie. Chercher à rattraper le niveau de l’autre, sans le rejeter, est le secret du bonheur.

Et si l’on est soumis à des épreuves très dures et que l’on pense ne pas pouvoir s’en sortir, garder toujours espoir, au fond de soi, et foi en un avenir meilleur et plus serein.

Et se dire que si cela doit être, cela sera grâce à la confiance en soi.

Partager cet article
Repost0

La minute de PhiloSophie

Publié le par Sophie Richard-Lanneyrie

Episode 1 : Absolu et Relatif

https://youtu.be/Vu8vmVMTXtE

Partager cet article
Repost0

L'odyssée de l'écriture

Publié le par Sophie Richard-Lanneyrie

Un voyage à travers le temps et le monde pour comprendre la manière dont l’écriture a façonné les sociétés humaines au cours des millénaires. On y découvre l’histoire fascinante des origines, avec de nouvelles révélations d’archéologues et de philologues, mais aussi les secrets de fabrication des supports et des matériaux d’écriture du passé. Et pour finir, le dernier épisode interroge intelligemment nos usages contemporains à l’ère du numérique.

https://www.arte.tv/fr/videos/083905-001-A/l-odyssee-de-l-ecriture-1-3/

https://www.arte.tv/fr/videos/083905-002-A/l-odyssee-de-l-ecriture-2-3/

https://www.arte.tv/fr/videos/083905-003-A/l-odyssee-de-l-ecriture-3-3/

Bonne découverte

Partager cet article
Repost0

Quand les catastrophes naturelles accélèrent l’histoire

Publié le par Sophie Richard-Lanneyrie

Quand les catastrophes naturelles accélèrent l'histoire

Un article très intéressant publié par Ca m'interesse.

L’élection de JFK aux Etats-Unis en 1960 ou la Révolution française ? Sécheresse, éruption volcanique, séisme...

Voici les catastrophes championnes de l’effet papillon : une terrible sécheresse entraîne le déclin de l’Égypte, un volcan islandais précipite la Révolution Française, comment un parasite microscopique a fait élire Kennedy, à Lisbonne, un séisme fait avancer les idées des Lumières

https://www.caminteresse.fr/histoire/quand-les-catastrophes-naturelles-accelerent-lhistoire-11149783/

Partager cet article
Repost0

La minute de PhiloSophie Episode 2 Les repères de Philosophie Abstrait et Concret

Publié le par Sophie Richard-Lanneyrie

Les repères des philosophie

Abstrait et Concrêt

https://youtu.be/mGUlZLn_8s8

Partager cet article
Repost0

La minute de PhiloSophie Episode 1 Les repères de Philosophie Absolu et Relatif

Publié le par Sophie Richard-Lanneyrie

Les repères des philosophie

Absolu et Relatif

 https://www.youtube.com/watch?v=ewHJcJgFgmo&t=8s

 

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>