Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

Quelques réflexions a méditer

5 Novembre 2016 , Rédigé par Sophie Richard-Lanneyrie

Il est parfois du temps qu'il faut laisser au temps, juste pour avoir le temps de profiter du temps....

Se détacher ne signifie pas être indifférent. C'est juste comprendre que l'autre vit ce qu'il a à vivre et l'on ne peut rien n'y faire.

Nous ne sommes jamais responsable de ce qui arrive aux autres. Nous sommes juste une occasion qui leur fait vivre une situation dont ils ont besoin sur la voie de leur évolution.

On ne suit jamais les perdants seulement les gagnants. Alors n'attends plus que les autres soient heureux pour te donner le droit de l'être. Ce sont eux qui ont besoin de toi pour apprendre à l'être.

Pour trouver le bonheur, on commence par isoler les facteurs qui mènent au bonheur de veux qui mènent à la souffrance. Après quoi on s'attache peu à peu à éliminer les facteurs de souffrance et à cultiver ceux qui conduisent au bonheur. Telle est la voie proposée par le Dalaï-Lama.

La sensation d'être heureux ou malheureux dépend de notre perception de la situation, de notre capacité à nous satisfaire de ce que nous avons.

Lorsque l'on a un choix à faire, une décision a prendre, il faut se poser une question : cela va t-il me procurer du bonheur ou du plaisir ? L'accent est mis sur ce que l'on recherche. Il est ainsi plus facile de prendre la bonne décision car on agit pour se donner quelle que chose à soi même. A partir de la on va de l'avant en ayant l'intime conviction qu'on s'acheminé vers le bonheur, ce qui ouvre à la joie de vivre.

Qu'est ce que réellement l'Amour de soi : "Tout ce que vous voulez que les homme fassent pour vous, faites-le vous-même pour eux". Chemin simple de la vie commune et société.

Celui qui n'aime pas reste dans la mort. Nous devons aimer non pas avec des paroles et des discours mais avec des actes et en vérité.

A méditer.....

Lire la suite

Management international : complémentarités et différences entre les cultures

24 Octobre 2016 , Rédigé par Sophie Richard-Lanneyrie

Il peut être parfois compliqué de décrypter la complexité culturelle des pays dans lesquels l’entreprise souhaite s’implanter ou dans lesquels elle souhaite diffuser ses produits.

 Connaitre les différentes composantes de la culture du pays visé facilite la négociation commerciale et l’implantation du produit en permettant de s’adapter à l’interlocuteur.

Par exemple, au Japon, l’accord verbal prévaut et à une valeur indiscutable. Alors que dans les pays anglo-saxon se sont les engagements écrits qui sont les plus importants.

 

Elle nous vient de G. Bateson de l’Ecole de Palo Alto qui a compris très tôt « qu’on ne peut pas ne pas communiquer » et que la communication s’exprime aussi bien dans les gestes et dans les silences que dans les paroles et les actes.

Ainsi, la façon de saluer et la distance interpersonnelle varie selon les cultures : elle est plus grande chez les japonais que chez les américains ou chez les Français qui varie en fonction qu’ils sont du Nord ou du Sud.

 

Dans certaines, comme l’Europe, les Etats-Unis ou l’Australie, prévaut la recherche des intérêts personnels, dans d’autres, comme au Japon, l’intérêt du groupe est privilégié.

En termes de management cela signifie que :

Dans les sociétés à dominante individualiste : c'est l’individu qui est mis en valeur, en recherchant la compétition entre individu, la recherche de l’efficacité personnelle…etc

Dans les sociétés à dominantes collectivistes : on accordera primauté à l’équipe, à la coopération au sein de l’équipe…etc.

 

La façon d’appréhender le pouvoir et la hiérarchie diffèrent selon les cultures.

Ainsi la distance hiérarchique est un indicateur du mode de pouvoir.

En termes de management :

En Europe et en Allemagne, on va préférer une approche participative faîtes de consultation et d’écoute et éviter tous signes extérieurs de richesse…

Alors que dans les pays latins, on trouvera une approche plus directive, voire paternaliste avec une nécessité d’obéissance aux supérieurs et un organigramme donc pyramidal…

 

Répartition des rôles entre les hommes et les femmes varient en fonction des cultures. 

Dans les cultures masculines comme au Japon ou dans le pays germanophones : les hommes assument un rôle plus affirmé et dominants.

Dans les cultures féminines comme dans les pays nordiques : les rôles sont répartis équitablement entre les sexes.

  

La position sociale est abordée différemment selon les cultures. Elle dépend beaucoup de l’histoire du pays.

En France, par exemple, les rapports socioprofessionnels sont organisés en strates en lien avec l’ancien régime (Clergés, Noblesse, Tiers Etats). La formation initiale est essentielle.

Aux Etats-Unis, ces rapports sont des relations d’égal à égal, avec une notion de contrat, en référence avec l’éthique de pères Fondateurs du pays. Mais tout comme dans les pays scandinaves, le statut y est mérité.

Aux Pays-Bas, les rapports sociaux sont marqués par la recherche du consensus.

En Asie ou dans les pays méditerranéens, le statut est octroyé.

Au Japon, le statut dépend de l’âge et du sexe.

 

Le temps n’a pas la même valeur en fonction des cultures.

Dans les cultures mono-chromiques : le temps est considéré comme une ressource à gérer. On fait une chose à la fois, on se concentre sur le travail en cours en respectant les délais et en respectant les règles émises.

Dans les cultures poly-chroniques : on fait plusieurs choses à la fois, sans se sentir contraint par les délais. On peut arrêter une taches et la reprendre plus tard sans scrupule…L’important étant de respecter les engagements pas forcément les délais.

 

Lire la suite

La Communication Interculturelle : Stéréotypes et Préjugés

15 Octobre 2016 , Rédigé par Sophie Richard-Lanneyrie

Les relations interculturels ou inter-ethnies impliquent souvent, au préalable, la formation de stéréotypes ou de préjugés.

La description d’une culture est, ainsi, bien souvent, assortie de stéréotypes voire de « clichés ». 

 

Les représentations que les peuples se font les uns des autres sont un des éléments fondamentaux de la communication interculturelle. Ces représentations s'expriment souvent à travers les stéréotypes et les préjugés ethniques ou nationaux.

Ce sont des images schématiques, rudimentaires et simplificatrices, qui servent à caractériser une culture déterminée en quelques traits sommaires : physiques, psychologiques, moraux ou comportementaux.

 

Le préjugé est un jugement (positif ou négatif), formulé par anticipation, sans expérience préalable, à propos d'un objet.  Le préjugé est donc généralement un stéréotype mais tout stéréotype n'est pas nécessairement un préjugé. 

Les deux notions sont donc distinctes même si elles se recoupent en partie.

 

Les stéréotypes peuvent être des représentations induites par les relations politiques, économiques et culturelles entre deux pays.  

 

Pourquoi "préjugeons-nous ?"

 

Parce que c'est la tendance spontanée de l'esprit humain à la schématisation qui constitue une tentative pour maîtriser son environnement. 

Ainsi, un individu sera assigné à une catégorie à partir de certaines caractéristiques (comme son type physique) et en négligeant les autres ; et l'appartenance d'un individu à une catégorie conduira à lui attribuer toutes les caractéristiques de la catégorie. La schématisation sert donc à appréhender, à ordonner et systématiser l'environnement social.  

Le fait de percevoir une personne comme appartenant à une catégorie amène à lui attribuer les caractéristiques associées à cette catégorie et à mettre l'accent sur celles qui différencient cette catégorie de celle à laquelle le sujet appartient : ainsi, un Français percevra un Allemand sous des traits qui peuvent apparaître comme différenciant les deux nationalités : l'esprit de sérieux, le sens de la discipline, la lourdeur, etc...bien connu de nos compatriotes outre-Rhin.

Les théories explicatives

T. Adorno, dans la perspective psychanalytique a tenté de dégager, sous le terme de "personnalité autoritaire", le type de profil des individus enclins aux préjugés ethniques. Il montre qu'il s'agit de personnalités rigides, soumises à une éducation sévère ; ayant dû réprimer leurs tendances agressives à l'égard de leurs parents, elles la projettent, par la suite, à l'extérieur sur des groupes étrangers, tout en manifestant des attitudes de soumission face aux autorités. L'exemple de l'antisémitisme nazi a, bien entendu, servi de paradigme à la théorie d'Adorno.  

Les théories de l'apprentissage social, d'inspiration behavioriste, considèrent que les préjugés et les stéréotypes sont appris lors du processus de socialisation de l'enfant. Ce sont les attitudes et les influences de la famille, et ensuite de l'école, qui jouent un rôle déterminant. Ces attitudes sont souvent conditionnées elles-mêmes par les images diffusées par les médias. Il y a une tendance à intérioriser les représentations dominantes ; c'est pourquoi certains groupes minoritaires peuvent entériner les images négatives qui leur sont renvoyées par les groupes dominants.  

La vision de l'étranger : un processus complexe

La représentation que l'on peut se faire d'un étranger est un phénomène complexe faisant intervenir des éléments multiples et hétérogènes (d'ordre cognitif, affectif, comportemental, idéologique ...).

Certains peuvent être préalables à toute rencontre. D'autres naissent moins du contact avec l'autre que de l'imprégnation du climat ambiant, des images culturelles issues de l'histoire et transmises par le discours social, le milieu familial, les médias.

Ainsi, lors d'un voyage,  par un mécanisme de généralisation et la rencontre de quelques personnes du pays,  le voyageur va tirer une certaine image du pays visiter.

Ces perceptions seront influencées pour une part par ses représentations préalables qui ont tendance à s'auto-valider : on croit voir les gens tels qu'ils sont parce qu'on pense qu'ils sont tels qu'on les voit.

Mais les préjugés peuvent être positifs comme négatifs. Seule une formation interculturelle solide peut permettre de combattre ces stéréotypes et ses préjugés.

 

 

 

Lire la suite

Un Musée qui dort

23 Septembre 2016 , Rédigé par Sophie Richard-Lanneyrie

Une de mes nouvelles vient d'être publiée par les Editions BOD.

Titre : "Un Musée qui dort"

Nom d'auteur : Sophie Chalandry

Allez sur Kindle ou Amazone pour la lire en format e-book.

Suivez les liens suivants et...rêvez...

FNAC : http://recherche.fnac.com/ia4428254/Sophie-CHALANDRY

AMAZONE : https://www.amazon.fr/Mus%C3%A9e-qui-dort-Sophie-CHALANDRY-ebook/dp/B01LW828N9/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1474630206&sr=8-1&keywords=un+mus%C3%A9e+qui+dort

Bonne lecture à tous !

Lire la suite

Marketing Box

2 Juillet 2015 , Rédigé par Sophie Richard-Lanneyrie

La MARKETING BOX est offerte par Digischool "The Learning Touch", leader de l'éducation numérique en France, qui accompagne et aide les jeunes de 15 à 25 ans tout au long de leur scolarité.

La Marketing Box contient tous les fondamentaux du marketing pour les étudiants en écoles de commerce, BTS, DUT...

http://www.marketing-etudiant.fr/marketing-box/telechargement/

175 pages réalisées par Sophie Richard-Lanneyrie professeur, tuteur en Marketing et chargée de cours au Celsa à la Sorbonne.

Avec la Marketing Box, le marketing n'aura plus de secrêt pour vous !

A noter : Avec le code BA8DG7O il n'est même pas nécessaire de s'inscrire le téléchargement se fait directement.

Alors...n'hésitez plus, plongez dans l'univers du marketing et de la communication en téléchargeant le livre numérique via le lien indiqué ci-dessus !!

Lire la suite

Tous mes articles et chroniques

6 Juin 2015 , Rédigé par Sophie Richard-Lanneyrie

Rappel de tous mes articles et chroniques :

 

Sur Marketing Etudiant : http://www.marketing-etudiant.fr/cercle-experts-marketing/richard-lanneyrie-sophie.php

Sur le Journal du Net : http://www.journaldunet.com/account/sophie-richard-lanneyrie-1031

Sur e-marketing : http://www.e-marketing.fr/auteurs/sophie-richard-lanneyrie-233-1.htm

Sur Communication sensible.com : http://www.communication-sensible.com/articles/article0161.php

 

Merci à tous pour votre fidélité et votre intérêt pour mes écrits !  

Lire la suite

La Marketing Box

2 Juin 2015 , Rédigé par Sophie Richard-Lanneyrie

La "Marketing Box" nouvelle version est arrivée chez Digischool.

http://www.marketing-etudiant.fr/marketing-box/telechargement/

Un petit livre dont je suis l'auteur...et qui a déjà été déjà téléchargé à plusieurs millions d'exemplaires !!

Merci à vous lecteurs pour votre fidélité !

Lire la suite

Le GENIE Editeur

21 Avril 2015 , Rédigé par Sophie Richard-Lanneyrie

"Le Génie des Glaciers" devient "le Génie Editeur".

A cette occasion, refonte totale des sites Internet.

Je vous convie à aller les visiter :

Site du "Génie Editeur" : https://www.le-genie.com/GENIEWEB_WEB/FR/index.awp

Site des "Cours en Kit" : http://www.coursenkit.com/CK_WEB/FR/index.awp

Bon surf à tous !!

Lire la suite

Vacances de rêve et marketing tribal

24 Août 2014 , Rédigé par Sophie Richard-Lanneyrie

Voilà l'article tiré d'une interview que j'ai eue pour le journal La Croix paru le 8 Aout 2014 dans la version papier et le format web.

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Vacances-de-reve-pour-jeunes-cathos-2014-08-08-1189538#reagir-anchor

"Plages de sable fin, voile et parapente : les communautés catholiques innovent pour proposer aux jeunes des « vacances spirituelles » alléchantes et attirer un public plus éloigné de la foi.

Derrière la communication et le marketing, ces offres reposent sur un travail de formation et d’évangélisation.

Les explications de Sophie Richard-Lanneyrie, spécialiste du marketing

« La proposition “ à la carte’’ est courante en marketing, c’est une réelle tendance au niveau commercial.

Ces propositions de vacances pour jeunes utilisent ce que l’on appelle le marketing tribal, qui s’appuie sur le sentiment d’appartenance à une communauté.

Reprendre les codes de cette génération est une manière de la considérer, et que les jeunes se sentent intégrés et reconnus.

La difficulté réside dans le fait qu’il y a trois cibles dans la tranche d’âge 18-30 ans.

Une première cible qui n’est pas encore autonome, une deuxième qui termine ses études et ne l’est pas tout à fait et les jeunes professionnels.

Il est difficile de s’adresser à eux de la même manière ».

Lire la suite

ESEL-FORMATION L'Ecole de Soutien En Ligne

17 Novembre 2013

ESEL-FORMATIONS : http://www.esel-formations.com

Ensemble, nous construisons votre avenir

ESEL-Formations est une école à distance spécialisée dans le soutien et l'accompagnement scolaire de niveau Bac à Bac +5.

L'Ecole vous donne la possibilité de réviser vos examens, de vous remettre à niveau ou de préparer un métier, un concours…avec une garantie de sérieux et de professionnalisme.

Elle vous propose un enseignement personnalisé, « à la carte », en fonction de vos besoins.

Afin de vous offrir un enseignement de qualité, l'équipe d’enseignants expérimentés vous assurent un suivi régulier tout au long de votre formation.

Parce que simplicité rime avec efficacité, ses contenus pédagogiques et ses outils évoluent constamment.

Besoin d'un petit coup de pouce dans vos études pour être sûr de réussir vos examens ?

Contactez ESEL-FORMATIONS : http://www.esel-formations.com

E-mail : contact@esel-formations.com

ESEL-FORMATION  L'Ecole de Soutien En Ligne
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>